ABCD-theatre
Connectez-vous pour accéder à toutes les fonctions du forum
ABCD-theatre
Connectez-vous pour accéder à toutes les fonctions du forum
ABCD-theatre
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Bienvenue sur le forum de l'ABCD. Cet espace est dédié à la mise en commun des ressources des compagnies dramatiques d'amateurs de Bruxelles et du Brabant Wallon. Connectez-vous pour poster un nouveau message ou un commentaire
 
AccueilAccueil  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

 

 Référencement des gélatines

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Messages : 7
Date d'inscription : 01/04/2019
Age : 38

Référencement des gélatines Empty
MessageSujet: Référencement des gélatines   Référencement des gélatines EmptyLun 25 Nov 2019 - 11:42

Les rouges
106 Le rouge primaire utilisé en trichromie, pour la synthèse additive. (Couplé au 137 il se rapproche du Rosco Supergel #027 ).
164 Un rouge plutôt pâlichon sur des projecteurs à lentilles, mais très riche et flamboyant avec un très bon rendu sur du PAR. Plus ambré que le 106
166 Un rouge très pale, a tendance a virer un peu rosé sur du HMI. Très bon rendu lumineux, mais ne rend pas les sensations pure du rouge
182 Un rouge de compromis entre le rouge primaire 106 et le rouge 164, utile pour obtenir un rouge soutenu avec un meilleur rendu lumineux.
#024 Très proche du 166 de Lee, mais u peu plus soutenu.
#026 Le rouge primaire de Rosco Supergel (équivalence du 106 Lee ).
#027 Un rouge très profond, très soutenu, très intéressant sur du HMI, il dégage toute les sensations des rouges, par contre un peu gourmand en luminosité.
#120 Un diffuseur rouge, donne une sensation de rouge primaire flou, très faible rendu de lumière, et énorme dispersion, mais sans équivalence.
#124 Un rouge primaire strié

Les ambres
017 Une teinte boisée légèrement fumée, donne une profondeur aux pierres et aux matières granuleuses en bois.
105 L'orange de base, très proche de celui obtenu par diffraction. Malgré sa couleur soutenue il correspond a la couleur exacte de certain lever de soleil du sud, on le verra pourtant plus volontiers symboliser des couchers de soleil.
134 Un ambré très boisé, assez peu lumineux mais très chaleureux
135 Orange très soutenu, très flamboyant, très bon rendu sur des appareils sans lentilles type PAR
147 Un orange très doux, assez discret, trouvant facilement sa place dans des teintes naturelles pour marquer un coucher de soleil, une fin de jour. Bonne transmission
151 Un ambre clair, ton chair, utile en plein feu ou pour corriger une lumière blanche, contient un peu de rose très flatteur pour la peau.
152 Un ambre clair, au ton chair, utile en plein feu pour doré une lumière blanche.
156 Un ambre terreux, très proche d'un correcteur et d'un gris neutre mis ensemble. Très intéressant en frisant sur du bois ou des matières rocheuses, doublé sur du PAR, donne une sensation de caverne, de centre de la terre. / Doublé avec le 138 Lee F. il devient glauque, un espèce d'ambre nauséabond inimitable.
162 Un ambre pastel assez riche, très bon correcteur d'HMI pour les visages.
#004 Equivalence du Lee 151. Un ambre clair, ton chair, utile en plein feu ou pour corriger une lumière blanche, contient un peu de rose très flatteur pour la peau.
#008 Un ambre très soutenue, très soyeux, possédant beaucoup de rosé, très chaleureux et lumineux, bonne transmission.
#009 Un paille léger, assez doré, remplace éventuellement un correcteur CTO si on recherche un aspect plus jaune, plus franc, plus ensoleillé.
#013 Plus soutenue que le #009, plus chaleureux, teinte plus saturée.
#019 Couleur orange vive, le plus vif et puissant des oranges, rempli de rouge, flamboyant, donne toute sa mesure sur du PAR
#020 Un ambre très doré, la suite du #013 encore plus soutenu et saturé.
#021 Orange de base très franc, très pur, avec une bonne transmission
#022 Orange très riche en rouge, moins flamboyant que le #019
#023 Un orange pur, bonne transmission, pas très flamboyant, plutôt fade sur des projecteurs a lentilles.


Les jaunes
100 Un jaune très chargé en vert, a cheval entre les tons chauds et froids. Entouré de teinte chaude il vire complètement au ton froid, entouré de teinte froide il se réchauffe. Vire au vert sur du HMI ou avec des correcteurs CTB
101 Le jaune citron, très lumineux, chargé de vert.
102 Un jaune chaud, franc, très chaleureux, pas trop saturé en teinte, très bonne transmission
103 Un jaune pastel doré, très ambré, paille.
104 Un peu la limite entre le jaune et l'ambre, mais convient pour un jaune de base riche et saturé.
159 Ton pastel très léger, rehausse les jaunes dans un plein feu ou une ambiance.
179 Un jaune très riche et soyeux, très chaleureux, très saturé, se développe pleinement sur du PAR, garde toutes ses qualités sur du HMI, très fort rayonnement de couleur.
#007 Une teinte jaune pastel, rendu de soleil très chaleureux et naturel, légère saturation jaune trouvant sa place dans des ambiances ensoleillée.
#010 Un jaune citron très lumineux mais plutôt froid. Chargé de vert, forte saturation, bon rendu.
#011 Equivalent du 102 Lee F. Un jaune chaud, franc, très chaleureux, pas trop saturé en teinte, très bonne transmission
#014 Equivalent du 104 Lee F. Un peu la limite entre le jaune et l'ambre, mais convient pour un jaune de base riche et saturé.
#312 Jaune très pur, très saturé, rappelle la teinte des phares de voitures jaunes.


Les verts
115 Un vert d'eau artificiel saturé, très bleuté, assez psychédélique et acide
116 Un vert bleuté artificiel très psychédélique et acide, très soutenu. Transmission moyenne.
121 Un vert pomme très lumineux, transmission excellente, très riche en jaune.
122 Vert franc, très lumineux, bonne transmission
124 Vert pur utilisé en remplacement du vert primaire pour sa meilleure transmission
138 Vert pale, pastel chargé de jaune. (voir Ambre 156 Lee f. ).
139 Vert primaire de référence pour la trichromie.
143 A la limite du vert et du bleu, très froid, glacial, teinte acier très dure, transmission moyenne mais aucune équivalence
322 Un vert d'eau froid, sec, ne contient pas de jaune, mais ne tire pas sur les bleus
323 Un vert au accent fluorescent, sans chaleur mais pourtant riche, noble.
325 Saturé. Très beau vert riche et profond, mauvaise transmission, atmosphère très profonde sur du PAR
327 Saturé. Très proche du 325 Lee F. mais un peu plus chargé en jaune, très soutenu et profond.
#388 Vert pale, pastel chargé de jaune. Très lumineux, assez parent du 138 Lee F.
#389 Vert pomme très lumineux, très bonne transmission, très frais, riche.
#86A Un vert pomme très lumineux, transmission excellente, très riche en jaune. Très proche du 121 Lee Filters
#89 Vert très franc, gai, belle tenue sans trop de jaune ni de bleu. Bonne transmission
#90 Vert primaire de référence pour la trichromie. Equivalent au 139 Lee F.
#94 Vert très riche, ample, profond, trouve sa place dans des éclairages saturé en teinte, au milieu des pourpres, des atmosphères psychédéliques.
#95 Très froid, bleuté, acide, saturé, atmosphère lourde.
#96 pastel entre le jaune et le vert, très lumineux, et pourtant pale.


Les bleus
071 Bleu très soutenu, très néon urbain, très riche et épais, transmission très difficile.
075
117 Le Steel blue, une espèce de référence, utilisé très souvent en teinte de base dans les plein feux croisés, il s'utilise aussi beaucoup en teinte froide ou reflet d'eau. A coté d'un rosé comme le 176 se rapproche énormément d'une lumière matinale d'hiver.
118 Le Cyan de base chez Lee. un bleu outremer riche et avec une bonne transmission, paraîtra vitre très chargé en vert a coté de bleu plus francs.
119 Le bleu de remplacement du bleu primaire quand une transmission plus importante est souhaitable.
120 Le bleu primaire selon Lee
132 Un bleu intermédiaire entre le cyan et le primaire, vraiment trop vert sur de l'halogène, correct sur de l'HMI. On dira un bleu moyen avec une transmission correcte.
140
141 Un bleu lorgnant du coté des cyan, très lumineux, le cran au dessus si le 118 est décidément trop tourné vers le vert.
144 Un bleu ciel de base pour des toiles peintes ou des cyclo quand le ciel recherché donne du coté du figuratif
161 Un bleu acier assez dur et froid, soutenu sans vraiment encore devenir un coloriant.
165 Un bleu le cran au dessus du 144 dans le même registre
172 Assez particulier, fait partie de la série de ces Cyan- vert- bleus aux tons aquatiques outremers un peu forcés. Assez sympa ( en variété ) en touche au milieu de pourpre ou d'orange vif, enfin on aime ou on déteste.
174 Une teinte bleutée plus dure et soutenue qu'un simple correcteur CTB
183 Référencé comme la nuit de pleine lune des opérettes romantiques, un Cyan situé très proche du 118 en allant vers le 141
195 Un bleu très riche, très profond et soyeux sans tirer du coté des pourpres même en baissant l' intensité. Transmission difficile
196
197 Une teinte sans équivalence, un bleu très soutenue et pourtant très peu saturé de couleur. Très intéressant utilisé en soustractif ( les deux ensembles dans le même porte filtre ) avec un correcteur CTB, il devient alors grisonnant, des allures de film noir et blanc russe.
198 Un bleu très riche en pourpre, très profond, très royal, transmission difficile
352
353
354
363
366 Un bleu gris, assez froid et pourtant pas trop dur. Quelque chose de lunaire, de glacial aussi.
#61 Un pastel très pale et très légèrement verdâtre
#63 Le même que le précédent doublé
#64 Equivalent du 174 Lee Filters
#65 Un bleu ciel assez naturel, convient au toile de fond et cyclo
#66 Une teinte pastel tirant sur les verdâtres
#67 Un peu plus soutenu que le #65
#68 Encore plus soutenu
#69 Le bleu vert de la nuit des oprettes romantiques
#70 Un bleu vert d'eau au ton aquatique, reflet d'eau émeraude, assez cristallin
#71 Progression du #70 en plus saturé
#72 Progression du #71 en plus saturé
#73 Couplé avec du CTB ou sur de l'HMI, très clinique, très vert.
#74 Un bleu profond très pur et riche, transmission difficile.
#76 Un bleu vert très acide et psychédélique, s'utilise aussi pour des effets de nuits burlesques
#78 Une teinte bleu grise assez urbaine et sèche
#79 Un bleu de compromis pour une transmission correcte, se révèle assez fade sur de l'halogène
#81 Un bleu urbain, très froid, très impersonnel, très dur.
#82 Un bleu assez riche en lavande, reste assez froid et pourtant très profond. Très bleu sur de l'HMI, il devient vite très pourpre de l'halogène.
#84 Un bleu très froid, très sec, transmission moyenne
#85 Un bleu très saturé et soutenu, très riche et profond sans compromis de lavande a l'intérieur.
#385 Un superbe bleu royal et profond, très riche, transmission très faible


Les violets, lavandes, roses etc...
002 Un rose artificiel, mistinguette très lumineux, a réserver a l'opérette ou au bal, ou a la parodie
003 Une teinte lavande pastel très douce, très légère coloration
039 Un rose assez riche et très pur, saturation de teinte assez forte.
107 Un rose boisée assez saturé mais restant très nature
108 Un rosé ambré très flatteur pour la pierre et le bois, assez saturé en teinte
109 Un ton en dessous le 107
110 Un rose pur intermédiaire, assez saturé
111 Un peu plus saturé que le 110
113 Le magenta de base chez Lee
126 Le mauve de base, très profond, très lumineux, une référence longtemps incontournable en show.
127 Un rose fumée assez intéressant sur le bois, la roche, saturé mais sachant gardé un aspect assez naturel et profond.
128 Le Rose de la variété pendant des années, rose bonbon quoi, très lumineux, pour les inconditionnels ou la parodie
136 Un lavande assez pale, convient pour des plein feux et des spéciaux quand une atmosphère nocturne est recherchée toute en conservant une grande luminosité.
137 Lavande offrant des particularités identiques au 136, mais plus dur et un peu plus sombre. Le 137 donne des reflets métalliques a la cendre, au ton gris si on le place en contre jour pas exemple. Gamme de possibilité assez riche
142 Une teinte violet assez naturelle, couplé a un demi CTB, intéressante pour des fin de scène et bords de plateau nocturne, est une bonne base, ou sous couche de travail pour mettre en valeur des lumières de flammes ( bougie, lampe a pétrole, feu de cheminée ) par exemples. Sans correcteurs devient vite une teinte molle en graduation
153 Un rose très pale, légèrement dorée
154 Un rose très pale aussi, très légèrement doré, met en valeur, la chair, les bois, accepte facilement l'environnement des bleus.
157 Un rose ambré assez saturé, teinte rose très pure
169 Une teinte lavande assez douce, avec légèrement plus de rouge que le 137, mais plus lumineuse, enveloppe et caresse les corps.
170 Un lavande de base assez rouge
176 Un rosé très ambrée, correspond parfaitement a certaine lumière du soleil matinal d'hiver.
180 Un lavande sombre et profond. Très chargé en bleu et en rouge il vire complètement au lavande dur sur du HMI ou avec du CTB, et devient très violine sur des températures plus basses.
181 Le Congo, difficile de dire plus que ça, c'est la couche de base absolue de nombre de concert, ses qualités de pourpre profond sont indéniables, saturation poussé a l'extrême.
192
193 Un rosé ambré très soyeux et riche
194 Un lavande très différent avec un correcteur CTB (ou un HMI) et sur un halogène classique. Passe du lavande assez dur au violine plutôt rose.
328 Voir : 128 Lee, mais un peu plus lumineux, sinon c'est son frère.
332 Dans la série rose de gala extrême, l'extrême
342 Une teinte rose fumée très douce et chaleureuse. travaille extrêmement bien sur la pierre, les boiserie claire ou foncée, saturé mais naturel.
343 Un lavande très soutenue, rayonnant beaucoup de rouge, très profond, mais assez sec et pas très lumineux. intéressant.
344 Un violet assez froid et sec, tout en restant dans les teintes lavandes.
345 Un rose bonbon acidulé, donc bonbon acidulé. Cousin un peu plus sec du #48 Supergel
#05 Teinte rose pastel légère
#30 Equivalence du 176 Lee Filters
#31 Un rose naturel et ambré assez saturé
#32 Correspond au #31 doublé
#33 Teinte rose pastel très légère, et légèrement ambrée.
#337 Teinte rose pure, assez légère
#339 Rose de show très saturé et artificiel, il s'appelle rose Broadway, donc voilà
#35 Dans la gamme des pastels, un rose pur assez léger
#36 Gamme des pastels, plus soutenu et saturé, assez pur
#38 Gamme des pastels, rose assez discret et pur
#40 Un rose saturé en ambre, rappelle certain coucher de soleil d'automne.
#43 Un rose pur assez soutenu, convient au music hall en assurant une très bonne transmission
#45 Rose très saturé se rapprochant du magenta
#46 Magenta chez Rosco
#48 Le rose bonbon acidulé, très saturé
#49 Mauve équivalent du 126 Lee Filters
#50 Très proche du 127 Lee Filters, légèrement plus ambré
#52 Un lavande assez pale, convient pour des plein feux et des spéciaux quand une atmosphère nocturne est recherchée toute en conservant une grande luminosité. Très proche du 136 Lee en plus soutenu.
#53 Un ton lavande très léger, convient parfaitement au corps en mouvement quand on cherche a feutré légèrement la lumière des ambiances ou d'un spécial sans apporter une coloration visible.
#54 Même idée que le #53, mais légèrement plus saturé dans les lavandes.
#55 Toujours dans la même idée que le #53 ou le #54 mais encore plus lavande
#56 Lavande très saturé, teinte soutenue acidulée
#57 Lavande moyen, convient pour des ambiances nocturnes avec bonne visibilité
#58 Lavande soutenu très rosé, teinte saturée


Les correcteurs
  Notes : "Les correcteurs" est la gamme de filtres ayant pour fonction de convertir la température de couleur ou la tonalité d'une source lumineuse en une autre tonalité déjà existante. Par exemple une application classique est de corriger une température de couleur de 3200° de type tungstène en température de lumière du jour de 5700° par l'emploi d'un 201 Lee filters ( Full C.T.B. ). L'utilisation "détournée" des correcteurs est d'une richesse encore plus étendue. La gamme proposée offre alors un panel de possibilité fantastique pour moduler une lumière dite "blanche". La saturation en couleur de ces filtres étant très faible la quantité de nuance possible est de fait très étendue. On se surprend alors a jouer avec des nuances extrêmement sensibles de couleur pour traduire des émotions, des sensations, et la richesse de la palette possible sur un même tableau semble infinie. Les notes données ici sont donc souvent une utilisation "détournée", c'est a dire une utilisation sur une source au tungstène a 3200°.
200 Convertisseur de Tungstène a 8200°, ( environ +5000°) soit un bleu pouvant jouer le rôle d'une lueur de télévision, ou de lumière lunaire, intéressant quand on doit baisser en intensité un projecteur tout en voulant garder son aspect de température bleu très froid.
201 Difficile de rajouter quelques choses au sujet du 201, le correcteur CTB, qui transforme le tungstène des lampes halogènes en HMI ou lumière du jour, ( +2500°) a noter toutefois que pour des sources de 1kw il est souvent préférable de lui préférer un correcteur plus léger, comme le 202. Le 201 est très utilise en théâtre ou en danse, mais il sera un allié précieux en concert pour rendre les "blancs" plus durs, avec plus d'impact. Sur de la pierre blanche il a tendance a la rendre très froide et plus lointaine
202 ( + 1100°) Voir les notes sur le 201, En plus le 202 peut être utile avec les filtres lavandes, il permet de garder toute la tonalité de ces teintes quand on les utilises sur des sources a lentille convexe ou fresnel, un 142 Lee, par exemple, sera beaucoup plus proche de sa teinte d'origine si on le double avec un 202.
203 ( +400°) Donne un petit coup d'éclat au tungstène, le 203 permet un "blanc" de référence plus fiable, il permet en autre de moduler légèrement l'intensité du "blanc" sans tirer trop vite vers le jaune.
204 Comme pour les CTB, les CTO sont sûrement les correcteurs les plus utilisés. On est ici dans le domaine des filtres basiques, Le 204 baisse la température d'un halogène a environ 700°, c'est a dire un orange presque franc et saturé. Pour avoir une lumière chaude on évitera le 204 et on utilisera plus volontiers un 206, a mieux un 205, si on baisse l'intensité de la lampe avec un PAR par exemple, même un 205 est très vite saturé en orange.
205 ( Voir 204 ) Le 205 ( comme le 204 et 206 ) peut être utile pour modifier la tonalité de certaine autre teinte, par exemple un bleu que l'on trouvera trop lumineux ou dur sera parfois plus terne et nocturne couplé a un CTO.
206 ( Voir 204 )
207 En fait c'est le mariage d'un 204 et d'un 209, utilise sur un halogène on obtient un lumière douce et caverneuse, en pinceau fin, par touche ponctuelle ce n'est pas sans rappeler certain tableau de peintre du 18e et 19e (Watteau, Gericault, De la Tour...).
208 ( voir 207 ) 204 + 210
209 La série des Neutral Density a pour fonction de réduire la quantité de lumière d'une source sans en modifier la tonalité. On s'en sert en premier lieu pour réduire l'intensité d'un projecteur quand on n'a pas la possibilité ou le désir de le graduer. Cette gamme de correcteur est très efficace pour rendre homogène des sources couplées ensemble par exemple. Sur un projecteur a lentille (PC, Martelé ou fresnel ) ils auront tendance a enlever l'éclat et la brillance du "blanc" d'origine. Utilisés en petites touches ils se marient et se complètent avec les 207 et 208 dans le même esprit.
210 Voir 209
211 Voir 209
212 Sur un halogène rend le filament plus brillant, la lumière plus "claquante" en la réchauffant légèrement.
213 Utilisé sur du PAR par exemple il devient presque jaune, très lumineux, une lumière de soleil un peu décalé, remplie de mystère. Couplé a un 202 il devient au contraire très cristallin, très cassant, très pur. Une teinte presque vitrifié.
214 Un SPUN très épais, sur une source très puissante utilisé très proche donne une impression de diffusion extrême, incontrôlable en salle.
215
216 Un diffuseur plutôt gourmand, assez intéressant en douche si on a la possibilité de cacher complètement les sources ( frises ou décors ) donne un sentiment de flou sur le plateau. Difficile d'en contrôler les limites
218 Dans la gamme des CTB ( 201, 202, 203 ) le petit frère ( + 200° )
219 Un vert fluorescent très a l'aise au milieu de teinte saturé dans la variété ou en concert. Une certaine froideur et une luminosité très sobre. Prend une dimension et une profondeur réelle avec des lavandes sobres ou des bleus profonds. Un vert très a sa place quand on recherche toute la puissance froide de cette teinte sans en vouloir les aspects artificiels.
220 Un frost plus facile a utiliser pour obtenir le sentiment de flou que l'on trouve chez le 216.
221
223 Dans la famille CTO ( 204, 205, 206, le petit frère ( + 700°).
224 En plein feu de contre ou en douche ( si la source est caché du regard ) un superbe effet de flou très froid et clinique, agrandi l'espace, sentiment de volume infini... ou presque.
225
226 Un filtre retenant les UV, on l'utilise principalement sur des sources puissantes pour préserver les filtres installés devant. Il sert aussi pour faire le "blanc" des changeurs de couleur a rouleaux. A conseiller en extérieur sur des projecteurs sans filtres, par exemple des PAR, pour éviter qu'ils se remplissent d'eau en cas de pluie, et oui..
228 Le strié de référence chez Lee, donc un strié pour diriger la lumière, un régal a utiliser sur les projecteurs qui ont le nez tournant ( Fiat Lux, scénilux, certain Juliat) plus délicat sur les autres.
230 Quelque chose d'automnale dans ce filtre, dore la lumière, une impression de rayon de soleil par jour d'orage, si, si, une certaine lourdeur tout en gardant sa chaleur. ( voir aussi dans le rayon des 207, 208 etc...)
232 Une teinte trouvant sa place dans la recherche des atmosphères des peintres, a mettre dans la palette des 207, 208 etc...
237 Un ambre rosé très lumineux
238 Une teinte boisée, fumée, superbe sur la pierre, donne une impression de profondeur, de chaleur tout en restant naturelle. Un teinte très intime et flatteuse sur les matériaux nobles et naturels. Elle est mise en évidence et devient encore plus riche avec des bleus profonds.
241 Un vert très froid, clinique, trouve sa place dans des tons proche de la science fiction ou des univers froids et post urbain. Donne un blanc très dur et cru, presque irréel de dureté.
242 Plus "humain" que le 241
243 Donne un blanc plus mou, a tendance a devenir assez rapidement jaunâtre dans des intensité basse, par contre très intéressant avec des HMI, il retrouve la force du 241 avec plus de luminosité.
244 Vert très lumineux, une lumière solaire un peu décalé et mystérieuse. Couplé a un 202 il devient au contraire cristallin, voire aquatique.
245 Très intéressant pour jouer les contrastes avec les 248 et 249, rend la teinte "blanche" de référence légèrement plus cru, plus dur, le mariage du 245 et 246 avec un 203 ou un 218 offre un panel de teinte varié pour modeler les contrastes de couleur sans violence mais avec beaucoup de présence.
246 Voir 245
247 Un rose plutôt dur, couplé avec un 202 c'est une teinte rose froide qui n'est pas sans rappeler certaine lumière glaciale du pole, des levers de soleil arctique.
248 Avec le 249 offre une gamme intéressante de teinte en contrepoint rosé aux 245 et 246.
249 Voir 248
Revenir en haut Aller en bas
https://abcd-theatre.forumactif.be
 
Référencement des gélatines
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ABCD-theatre :: Régie :: Lumière-
Sauter vers: